Témoignage des jeunes musiciens français

Romain (batterie) Musicalement il manquait quelque chose. J’aime vraiment leur façon de travailler, être à l’aise tout de suite avec les gens, c’est pas mal ! Mais après c’est vraiment musicalement, j’aimerai que ce soit plus orienté vers la musique en elle-même et pas, « ouais on fait de la musique, c’est bien ! » Rien ne m’a véritablement transporté dans la musique en elle-même, c’est souvent les mêmes accords, la même manière de chanter. On a fait ce que l’on sait faire, on n’a pas appris à faire autre chose. Mais sinon c’était bien en général, niveau de l’ambiance avec les anglais c’était bien ! Mise à part les sentiments entre les profs, mais on en a déjà parlé, ça arrive! Il faudrait que la musique soit plus technique peut-être sur le prochain stage. Je trouve que l’on n’est pas encore assez bon pour faire de la musique libre comme ça, il me manquait du vocabulaire et un manque de maturité. C’est un peu compliqué de se lancer dans de la musique libre, on apprend rien, on fait ce que l’on sait faire. Ugo (claviers) Sur les deux stages, cela ne m’a pas apporté grand-chose musicalement et techniquement. Par contre j’ai apprécié les techniques de compositions et j’ai trouvé génial leur manière de bosser : le fait de nous mettre en groupe avec des thèmes en étant plus ou moins guidé, on est pas perdu comme ça sans savoir quoi faire. C’est un problème que j’ai quand je compose tout seul, ça m’a donc apporté non pas du vocabulaire mais de la technique de composition. Concernant la relation avec les anglais, j’ai préféré le premier stage. Mais je les ai tous trouvé sympa mais j’ai du mal à m’exprimer en anglais. Mais musicalement je me suis bien senti avec eux. Mais on n’a pas fait assez de choses ensemble sur ce deuxième stage, les français et les anglais restaient chacun de leur côté. Côté français ça a renforcer les liens, j’ai pris ces stages comme des vacances sans enjeux particuliers, on était là pour faire de la musique ! Marie (chant) Franchement, du côté musical je n’ai pas appris grand-chose, c’était intéressant mais les deux stages étaient identiques et je pensais qu’on allait faire autre chose, j’étais un peu déçu. Du côté relationnel, j’ai préféré le premier stage, on était là pour apprendre à se connaître tant musicalement qu’humainement mais durant le deuxième stage j’ai moins senti d’affinité entre les anglais et les français. J’ai eu moins de difficulté à m’exprimer en anglais sur ce deuxième stage, mais quand Hugh et Dean parlaient tout le temps anglais super vite, je décrochais, j’avais mal à la tête à la fin de la journée. Il fallait tout le temps être très concentré pour tout comprendre et il y a eu plein de moments où je n’écoutais plus ! Mais je me suis rendu compte que mon niveau d’anglais s’améliorait, je suis capable de tenir un minimum de conversations. Mais c’était surtout les explications trop rapides de Dean et Hugh, j’aurais aimé qu’ils prennent plus de temps pour nous. Sinon, j’ai senti que tu t’entendais bien avec Dean et Hugh, c’est dommage que Stéphane était si distant, ça ne donnait pas une bonne image. Mais on a une chance énorme de faire cet échange, de rencontrer des musiciens d’un autre pays, de partager des choses avec eux. On a des points communs au-delà de la musique, on a aussi parlé de littérature et de cinéma avec Will. On est tous différent mais on se comprend tous ! Renaud (guitare) Le premier stage était plus intéressant, on avait intégré des danses traditionnelles dans le concept du Move And Play, tandis que sur le deuxième le mouvement a été amené d’une manière un peu bizarre, un peu forcé. Musicalement, je n’en sors pas vraiment grandi. J’ai eu l’impression que tout était prévu à l’avance, qu’il n’y avait pas véritablement de place pour ajouter quoi que ce soit. On a pas exploré le côté musical dans le sens où on a fait que jouer ensemble des notes communes sans en exploiter le sens, j’aurai aimé parlé d’harmonie, de travailler sur des couleurs, sur le son, ça aurait été plus enrichissant, remettre ses compétences en question. J’ai eu l’impression que tout le monde jouait la même chose. S’il y avait un 3ème stage ce serait bien que les intervenants travaillent plus ensemble, un anglais avec un français aurait suffi. Comme la conduction était anglaise, Dean et Hugh ont d’avantage sollicité leurs élèves et l’impression que j’avais était qu’on (les français) complétait ce que les anglais faisaient. Gwen (bombarde, low-wishle) Durant la 1ère session, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’ai eu du mal à entrer dans le stage, venant de l’univers de la musique traditionnelle ou tout est déjà écrit, je manquais de repères et d’aisance dans cette approche d’une musique plus libre. J’avais vraiment aimé ce stage et préféré musicalement au 2ème car il y avait plus d’improvisation dans le concept. A la Carène on a joué 45 minutes sans un seul blanc. Là, on joué des petites pièces mises bout à bout sans qu’il n’y ait véritablement de signification, même si la pièce complète était sympa, mais je n’ai pas du tout senti l’idée de ‘’comédie musicale’’ comme ça a été annoncé. Il aurait peut-être fallu jouer le jeu en intégrant du théâtre mais on aurait manqué de temps. On a créé des morceaux et ensuite on a trouvé une histoire pour connecter les morceaux, on a procédé à l’envers. S’il y a un 3ème stage, ce serait bien de reprendre le concept proposé à la Carène où on joue tous ensemble, et non pas comme cette session où la création s’est axée autour de 3 ou 4 musiciens et les autres ont essayé de se caler dessus et au final qu’on soit là ou pas, ça n’aurait pas changé grand-chose. Sur le plan relationnel j’ai vraiment adoré les 2 stages, je n’ai pas eu de problème de compréhension. J’ai trouvé dommage que le groupe des anglais n’était pas au complet, j’ai trouvé que ça a créé une barrière entre nous et eux. Et le problème entre Hugh et Stéphane, on a ressenti qu’il y avait des tensions. Sinon on a été vraiment accueilli et j’en garderais d’excellents souvenirs, j’en sors grandi. Quentin (guitare basse) J’ai appris plein de choses, j’en suis content et cela m’a ouvert les yeux musicalement. Je me suis remis en question sur mes compétences. Je n’ai pas eu de soucis particuliers de compréhension, la langue n’était pas une barrière. Le rendu du 1er stage était vraiment bien comparé au 2ème. J’aurais aimé aborder des choses un peu plus techniques, d’autres tournures rythmiques etc… (Quentin ne parle pas beaucoup d’ordinaire !) Pierre-Jacques (flûte traversière en ébène) Humainement, le 1er stage était super ! Excellente cohésion entre tout le monde. Mais j’ai été vraiment déçu sur le 2ème stage de ne rencontrer que la moitié de l’équipe anglaise car, c’est bien sûr personnel, c’est un gros effort de venir sur ce stage-là car je me suis sacrifié durant 3-4 mois pour pouvoir me rendre disponible. (Pour ses études, Pierre-Jacques effectue un stage en entreprise rémunéré et a gardé toutes ses journées de repos pour venir sur les 2 rencontres franco-anglaises). Musicalement je suis déçu aussi du 2ème stage. A la Carène on est arrivé à un résultat en très peu de temps, je pensais que le niveau de base serait celui de la Carène et qu’on aurait travaillé sur la continuité de ce 1er stage. Donc je suis très déçu du résultat. La relation entre les intervenants a alimenté cette déception, j’aurais aimé que toi et Stéphane interveniez plus sur le jeu de scène et sur l’écoute mais j’avais l’impression que l’on n’était pas là pour ça. Et on était 15 musiciens, il y avait moyen de faire quelque chose de super, je ne sais pas comment on est arrivé à ce résultat, ça ne m’a pas convaincu. J’ai préféré le 1er stage qui était peut-être plus axé sur le côté instrumental, malgré le fait que étions plus nombreux et avions donc moins de place il y avait quelque chose dans l’ensemble avec beaucoup d’improvisation, c’était plus complexe et plus technique et sollicitait plus l’écoute. Mais on a retrouvé ce procédé d’improvisation quand on a joué dans le château (Drogo). Et s’il y a un 3ème stage je voudrais carrément en faire parti, c’est à conseiller car on prend du recul sur sa pratique musicale et instrumentale, cela me donne l’envie de découvrir d’autres musiques et d’élargir les rencontres, c’est en rencontrant d’autres musiciens que l’on avance, ils transmettent leurs passions et leurs influences. Laurine (chant) J’ai trouvé ce 2ème stage moins bien que le 1er car c’était un peu du réchauffé. Je me suis sentie beaucoup plus à l’aise avec les anglais, j’espère que je vais garder des contacts avec eux. Le deux stages m’ont apporté des choses, notamment au niveau de la manière de composer. C’est intéressant de travailler dans l’urgence, dans un temps limité et de voire ce que l’on peut en tirer. Il faut que je me sente plus à l’aise lorsque je veux interpréter quelque chose, que ça devienne plus naturel. Je n’attends pas une chose en particulier d’un prochain stage, on verra bien, ça apportera de toutes façons quelque chose. Violette (harpe) Au niveau des stages j’ai préféré le 1er qui portait plus sur l’improvisation et j’étais plus à l’aise. Le 2ème portait plus sur l’arrangement et je ne sais pas comment m’y prendre. La harpe n’est pas adaptée pour travailler dans l’urgence car il faut que je change d’accordage. Je ne suis pas bonne dans le travail de relevé, il me faut du temps. La relation avec les anglais était très sympa, avec les français aussi car je ne connaissais personne à la base. J’ai vraiment aimé les grandes sessions d’improvisation et les jeux qu’on a fait durant la soirée, à part le fait de devoir faire la fourmis durant la prestation, s’il faut justifier le côté ‘MOVE’ de l’intitulé du stage, on aurait pu s’en passer, j’ai trouvé ça ridicule comparé à la 1ère danse d’ouverture du 1er stage. On a tous plus de 18 ans, j’ai trouvé ça enfantin. J’aurais bien aimé l’on joue différents genres de musique, même si c’était bien d’aborder la composition, c’était intéressant, mais on était peut-être un peu trop libre, ça aurait été bien de nous imposer des esthétiques différentes, comme le jazz ou la musique africaine, Dean avait l’air d’adorer ça ! Je travaille habituellement 1h30 par jour, j’ai trouvé relativement longues les journées de session. Je n’ai pas eu de problème de communication et de compréhension avec les anglais. Je n’ai pas vraiment apprécié les repas qui nous étaient proposés, les repas à la Carène étaient nettement meilleurs. Gauthier (saxophone) J’ai vraiment adoré le 1er stage, s’en était même violent ! On n’avait pas eu assez de temps pour se sentir très proches, même entre français. Durant le 2ème stage, j’ai trouvé pénible la relation entre Stéphane et Hugh ! Il y avait tout de même une excellente relation entre tout le monde. Musicalement, on aurait pu aborder des esthétiques musicales particulières. C’est incroyable de jouer avec des musiciens étrangers !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s