La voie de la réussite : semée d’embûches, jonchée de succès, ou pavée de bonnes intentions ? Dave Collins

PREMIÈRE PARTIE : LES ENVIRONNEMENTS

L’intervention du Professeur Dave Collins s’est centrée sur l’importance des caractéristiques psychologiques et sur le caractère « tumultueux » de la voie de l’excellence. Les rapports des séances de groupes couvrent les thèmes suivants : les environnements propices au développement du talent ; l’accompagnement des jeunes talents de la musique et de la danse qui peuvent être qualifiés de « rebelles » ; le rôle des parents, enseignants et amis ; le talent : une caractéristique qui implique des besoins spécifiques en matière d’éducation ; et enfin ; une nouvelle solution pour se préparer aux représentations.

La voie de la réussite : semée d’embûches, jonchée de succès, ou pavée de bonnes intentions ?

Professeur Dave Collins — Directeur de l’Institut d’accompagnement et de performance (Institute of Coaching and Performance), de l’Université de Central Lancashire/Directeur de Grer Matters Performances Ltd.

Sur la base de travaux de recherche effectués sur un large éventail de domaine de performance, le Professeur Dave Collins a mené une analyse du processus de développement de l’excellence, concluant qu’il s’agit essentiellement d’un phénomène psychologique.

Préface : le contexte propice à l’excellence

Ayant principalement travaillé dans le domaine du sport, c’est véritablement un plaisir d’écrire pour des experts d’autres domaines. Toutefois, cet exercice m’incite de plus en plus à saisir la similarité des divers processus destinés à atteindre l’excellence. Après tout, nous sommes tous humains et soumis aux mêmes contraintes psychologiques et sociales qui peuvent favorisent ou au contraire décourager la poursuite de notre « quête » personnelle. Ainsi, cette réflexion est fondée sur la prémisse qu’excellence ne rime pas avec élitisme. En bref : nous pouvons sans doute tous nous améliorer un peu plus que ce que nous pensons !

Ceci étant dit, ce processus est d’ordre psychologique : une étude ou un examen ponctuel vous montre qu’en fait, il s’agit d’un mélange subtil et dynamique de facteurs biopsychosociaux. Comme pour de nombreux autres aspects de la dimension humaine de la performance, c’est sans doute l’interaction entre ces facteurs qui nous en dit le plus sur le processus et par conséquent, qui nous apporte les meilleurs conseils sur la façon d’y contribuer. Ainsi, une analyse unidimensionnelle (par exemple, la mesure de la capacité cardio-respiratoire) prise de manière isolée est souvent une perte de temps. L’impact d’un tel facteur est tellement influencé et animé par l’attitude/l’évaluation personnelle, le milieu social et l’environnement, que l’analyse prédictive est susceptible d’être extrêmement variable d’un individu à l’autre. Ainsi, même si mon analyse est axée sur des questions d’ordre psychosocial, il faut toujours prendre conscience de l’interaction tridimensionnelle.

Par exemple, si je pèse 85 kilos à quatorze ans (ajoutez à ceci un nez cassé et un défaut de coordination), il a peu de chance que je devienne danseur ou musicien. Toutefois, mes caractéristiques psychosociales (le principal objet de cet exposé), peuvent impliquer le fait que, si j’en ai vraiment l’envie, je serai peut-être le meilleur danseur/musicien jamais imaginé.

En d’autres termes, l’excellence personnelle est certainement l’objectif de cette démarche, avec une sélection et une formation attentive assurant les résultats que nos divers systèmes pourraient exiger. L’excellence personnelle est certainement l’objectif naturel.

Permettez-moi un dernier mot pour cette préface. La loi de Hume (le fait de confondre ce qu’une chose est, avec ce qu’une chose doit être) trouve ici tout son sens. La plus importante erreur, et aussi la plus commune dans le cadre du développement de talents, consiste à observer un champion, puis de copier ou de tenter de reproduire sans discernement chaque caractéristique de sa situation personnelle. La clé ici consiste à personnaliser votre traitement autant que possible, sur la base de connaissances extraite de la documentation disponible, au lieu de simplement raisonner à partir de votre expérience personnelle. Une telle démarche permet d’optimiser les processus.

L’importance des caractéristiques psychologiques

Il existe de plus en plus de témoignages qui soulignent l’importance des caractéristiques psychologiques (ou traits de personnalité) en tant que témoins, indicateurs ou même causes du potentiel de réalisation. Ainsi, des questionnaires tels que celui de l’échelle de persévérance (« Grit scale ») (Duckworth et Quinn, 2009) constituent un outil de mesure simple de la persévérance qui peut permettre de prédire qui va réussir à l’Académie militaire de West Point, remporter le concours national d’orthographe/d’épellation d’une tranche d’âge ou encore, obtenir de bons résultats en sport et en musique. De façon similaire, le développement et l’évaluation de la maîtrise de soi chez un enfant de neuf ans est à la fois annonciateur précurseur de comportements positifs à l’âge de 15 ans (Tagney, Baumeister et Boone, 2004). L’état d’esprit axé sur la croissance (« Growth Mindset ») est un concept peut-être plus connu (Dweck, 2008) : l’idée est que, si le talent est perçu comme un processus d’apprentissage (par opposition à une entité « acquise » immuable), les enfants tendent à considérer que l’effort est nécessaire pour accéder à la maîtrise. Ce point de vue incite à aborder les difficultés comme des opportunités d’apprentissage plutôt que comme des menaces à l’égo personnel et au statut social.

Notre travail a codifié et a rendu ces idées connexes opérationnelles dans le cadre d’un ensemble de Caractéristiques psychologiques de l’excellence en développement (Psychological Characteristics of Developing Excellence ou PCDE – MacNamara, Button et Collins, 2010a, 2010b). La liste de ces attitudes et comportements est constamment présentée comme étant liée, voire même comme étant un facteur de causalité du passage effectif au stade de l’excellence.

Aptitudes fondamentales de la vie quotidienne : caractéristiques psychologiques de l’excellence en développement (PCDE)

>> Mise en scène efficace et contrôlable (imagery = mise en scène ?)

>> Maîtrise de l’attention et maîtrise face aux facteurs de distraction

>> Évaluation et attribution réalistes de la performance

>> Prise de conscience et implication

>> Planification et organisation

>> Définition d’objectifs et auto-formation

>> Exigence d’une pratique de la qualité

>> Ténacité et autorégulation

>> Création et utilisation de réseaux d’accompagnement

En tant que tels, la promotion, le développement et le déploiement systématique de ces caractéristiques devraient constituer une part essentielle de tout environnement qui a vocation au développement de talents (voir également Martindale, Collins et Abraham, 2007). Intéressante et rassurante d’un point de vue pédagogique, la promotion des PCDE facilite la réussite d’un enfant, indépendamment de l’environnement dans lequel se réalise la performance. En tant que tels, le développement et le déploiement de ces compétences vont aider un individu à atteindre des objectifs, même s’il décide de changer de domaine en cours de route. Ainsi, même si le transfert de talent du ballet au rugby n’est pas une chose commune (!), le fait de travailler sur les PCDE va toujours profiter à l’individu concerné. Après tout, qui sait, vous pourriez vous retrouver avec quelqu’un qui effectue un transfert dans le sens inverse !

Autres aspects du parcours

Si l’on se réfère au titre de ce document, il semble que la voie optimale vers l’excellence est intrinsèquement semée d’embuches. En fait, une très bonne progression peut souvent être dysfonctionnelle : le jeune artiste développe des aspirations irréalistes, couplées à un manque de compétencesthéoriques et pratiques pour faire face aux inévitables contrôles auxquels il sera très certainement confronté. Les ouvrages disponibles apportent nombre de témoignages sur la prépondérance d’élites qui ont dû surmonter des difficultés de tous ordres (voir notamment, Collins et MacNamara, 2012). La seule limite au niveau de difficultés surmontables peut-être la capacité d’un jeune en développement à gérer la pression. L’identification d’une progression linéaire globale et la définition d’objectifs bien programmés pour progresser, ce que l’on appelle de manière courante les « ralentisseurs », sont d’autant plus importantes.

 

Enfin, la fonction de ces PCDE doit être conçue comme une partie d’un outil à trois jambes, dénommée « préparation intentionnelle », ce qui implique une préparation à l’excellence dans un domaine physique (ainsi qu’une préparation à une activité physique tout au long de la vie, et des résultats dans d’autres domaines de nature plus cognitive. Ainsi, se centrer sur le développement d’une compétence motrice, sans oublier la compétence perçue et la confiance, sont des centres d’attention essentiels pour créer un environnement de développement efficace.

 

A ce stade de mon exposé, je m’interroge toutefois sur la quantité comparativement plus réduite de témoignages pour ce public de référence dans le cadre du contrôle de la motricité fine comme c’est le cas dans le domaine musical. J’ajouterai que le jury est pratiquement toujours exclu de la primauté des compétences motrices même si mon intime conviction est qu’il reste important, même dans ce domaine. Mon exposé et votre jugement sont toutefois confortés lorsque l’on observe la quantité de preuves spécifiques au domaine de la musique qui appuient le modèle des PCDE (par ex. : MacNamara, Holmes. et Collins, 2006, 2008 ; MacNamara et Collins, 2009).

En bref… comment ça marche ?

Rendre les PCDE opérationnelles dans le contexte, système et comportement du professeur

Promouvoir ? Système Comportement du professeur
La pratique en dehors de l’équipe Session de définition d’objectifs d’équipe tous les 15 jours (objectifs individuels et collectifs) Reconnaissance en public et en privé des objectifs et des progrès
L’accompagnement des efforts d’autrui « Système de jumelage » avec accompagnement et rétroaction au sujet d’objectifs individuels Connaissance d’un apport actif au « système de jumelage » (qui, objectifs, style de rétroaction requis)

 

Comme on l’a précédemment indiqué, les PCDE fonctionnent véritablement lorsqu’elles s’inscrivent dans vos pratiques au quotidien. Le tableau ci-dessus présente un exemple de la manière dont ceci peut s’appliquer. Dans la colonne de gauche, chaque PCDE est rendue opérationnelle (concrétisée dans un comportement réel et, le cas échéant, observable) dans le contexte particulier (âge, sexe, discipline) dans lequel vous travaillez. Après cela, vous définissez un système (colonne 2) et le comportement du professeur (colonne 3) qui facilitera, développera et modèlera (démontrera et encouragera) ce comportement chez vos artistes. Le « programme caché » est en tous points aussi important que les techniques que vous enseignez : en fait, il est aussi important de souligner le fait que la majorité des élèves ne deviendront pas des artistes, mais vont développer des compétences qui vont leur permettre d’avoir de meilleurs résultats dans la vie en général (par exemple, Duckworth et Seligman, 2005 ; MacNamara et Collins, 2010 ; MacNamara, Collins, Bailey, Ford, Toms et Pearce, 2011).

Conclusion

Pour conclure, je voudrais ajouter que cette approche est éminemment pratique. Notre travail précise la façon dont ces idées peuvent être intégrées à la pratique de l’enseignement, aux systèmes de formation, etc. Je vous recommanderais à ce sujet la lecture des chapitres de la première partie de notre livre pour obtenir des conseils pratiques sur la façon de le faire. Je vous souhaite bonne chance dans votre travail avec les jeunes artistes et participants. Pour paraphraser Bruce Forsyth présentateur du programme de télévision britannique « Strictly » « Keeeeeeeep on Developing » (continuez de vous améliorer) !

Conseils de lecture

  • Bailey, R.P., Collins, D., Ford, P., MacNamara, Á., Toms, M. and Pearce, G. (2010) Participant Development in Sport ; An Academic Review. Leeds : SportsCoach UK
  • Collins, D., Bouton, A. and Richards, H. (2011), Performance Psychology : A Practitioner’ s Guide. Oxford : Elsevier
  • Collins, D. and MacNamara, Á. (2012) ‘The rocky road to the top : why talent needs trauma’, Sports Medicine, 42(11), 907-914
  • Duckworth, A. L. and Quinn, P. D. (2009) ‘Development and Validation of the Short Grit Scale (Grit-S)’, Journal of Personality Assessment, 91, 2, 166-174
  • Duckworth, A.L. and Seligman, M.E.P. (2005). ‘Self-discipline outdoes IQ in predicting academic performance of adolescents’, Psychological Science, 16, 939-944
  • Dweck, C.S. (2008) ‘Can personality be changed ? The role of beliefs in personality and change’, Current Directions in Psychological Science, 17(6), 391-394
  • MacNamara, Á., Holmes, P. and Collins, D. (2006) ‘The Pathway To Excellence : The Role Of Psychological Characteristics In Negotiating The Challenges Of Musical Development’, British Journal of Music Education, 23, 3
  • MacNamara, Á., Holmes, P. and Collins, D. (2008) ‘Negotiating Transitions in Musical Development : The Role of Psychological Characteristics in Developing Excellence’, Psychology of Music, 14, 1-18
  • MacNamara, Á. & Collins, D. (2009) ‘More than the ‘X’ factor! A longitudinal investigation of the psychological characteristics of developing excellence in musical development’, Music Education Research, 11(3), 377-392
  • MacNamara, Á., Button, A. and Collins, D. (2010a) ‘The Role of Psychological Characteristics in Facilitating the Pathway to Elite Performance. Partie 1 : Identifying mental skills and behaviours’, The Sport Psychologist, 24, 52-73
  • MacNamara, Á., Button, A. and Collins, D. (2010b) ‘The Role of Psychological Characteristics in Facilitating the Pathway to Elite Performance. Partie 2 : Examining environmental and stage related differences in skills and behaviours’, The Sport Psychologist, 24, 74-96
  • MacNamara, Á. and Collins, D. (2010) ‘The role of psychological characteristics in managing the transition to university’, Psychology of Sport and Exercise, 11, 353-362
  • MacNamara, Á., Collins, D., Bailey, R.P., Ford, P., Toms, M. and Pearce, G. (2011) ‘Promoting Lifelong Physical Activity AND High Level Performance : Realising an Achievable Aim for Physical Education’, Physical Education & Sport Pedagogy, 16(3)
  • Martindale, R.J.J., Collins, D., and Abraham, A. (2007) « Effective talent development : The elite coach perspective within UK sport’, Journal of Applied Sports Psychology, 19(2), 187-206
  • Tangney, J.P., Baumeister, R. and Boone, A.L. (2004) ‘High self-control predicts good adjustment, less pathology, better grades, and interpersonal success’, Journal of Personality, 72, 271-324
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s